Partie 1 : l'argent dette, une bombe à retardement ?

Partie 1 : l'argent dette, une bombe à retardement ? L'argent dette : Une bombe à retardement ?

La création monétaire

La création monétaire encore nommée péjorativement « la planche à billets », est le processus par lequel la masse monétaire d'un pays est augmentée. Sous l'empire de la monnaie métallique (Or et Argent), la masse monétaire était directement liée à la quantité de métal disponible en fonction des mines et des autres flux de métal comme le commerce, le pillage...Depuis 1971, avec la fin des accords de Bretton Woods, les monnaies flottent librement. La création monétaire n'est plus limitée aux réserves d'Or détenues par les banques centrales. C'est la fin de l'étalon Or.

Aujourd'hui les monnaies sont dites fiduciaires, monnaies papier dont le principe repose sur la confiance et qui sont représentatives de biens de valeur ou de créances. Leur valeur n'est plus égale à leur valeur faciale comme les pièces de métal précieux.
La différence fondamentale est que l'émission n'est plus contrainte par un élément physique.
La masse monétaire évolue constamment et peut s'accroitre à l' infini, au risque de faire perdre toute sa valeur à la monnaie.

Qui crée la monnaie ?

Les États, les banques centrales telles que la BCE et la réserve fédérale américaine sont habilitées pour imprimer les billets et frapper les pièces. Ce pouvoir de créer massivement de la monnaie encore appelé monétisation, est un outil économique puissant, pouvant stimuler mais aussi déstabiliser l'économie.

Les banques commerciales peuvent aussi créer de la monnaie en accordant des crédits à leurs clients. Cette capacité nécessite de posséder les sommes qu'elles prêtent et même un peu plus afin de faire face aux retraits. La banque peut utiliser comme elle l'entend les billets en dépôts chez elle, pour autant qu'elle respecte la possibilité pour le client de retirer son argent à tout moment et immédiatement. L'engagement des emprunteurs auprès des banques est une contrepartie des banques auprès des déposants. Il faut bien garder en mémoire que ce sont les crédits qui font les dépôts et non l'inverse.

Ainsi dans la zone euro, 93% de la masse monétaire est créée par l'émission de crédits accordés par les banques. La monnaie ainsi créée par un simple jeu d'écriture est appelée monnaie scripturale. De même, le remboursement d'un crédit à la banque correspond à une démonétisation ayant pour effet de diminuer la masse monétaire. Il existe un effet multiplicateur du crédit. En effet, tout prêt à un agent non financier est dépensé et la monnaie sort du compte du déposant concerné mais revient, dans les comptes des fournisseurs ou prestataires, à la banque qui dispose à nouveau de la liquidité nécessaire à d'autres prêts. Ainsi, le multiplicateur désigne le rapport entre la base monétaire (monnaie centrale) et la quantité de monnaie issue du crédit accordé par les banques. La monnaie n'est pas une masse stable mais une somme de liquidités mouvante qui gonfle et se rétracte en permanence en fonction des crédits offerts.

Certains économistes notamment les keynesiens pensent que la création massive de monnaie peut être un moyen de répondre aux dépressions économiques graves et que le risque d'inflation est un moindre mal. Mais beaucoup n'approuvent pas cette approche et il faut bien reconnaitre que les crises financières que nous traversons depuis le début des années 2000 leur donnent raison.

Tags : Analyse Placement